École : une entrave à notre réussite ?

École : une entrave à notre réussite ?

Cet article est réalisé dans le cadre de l’évènement inter-blogueurs organisé par le blog Je n’aime pas l’école autour du thème “Ecole et Réussite .”

L’école devrait toujours avoir pour but de donner à ses élèves une personnalité harmonieuse, et non de les former en spécialiste.” – Albert Einstein

L’école nous forme-t-elle vraiment au succès ?
Les méthodes d’enseignement sont-elles adaptées ?
L’école prépare-t-elle réellement à l’avenir ?

Bien le bonjour du Labo ! 🔬

On se retrouve aujourd’hui pour un article un peu particulier. Suite à une collaboration avec le blog Je n’aime pas l’école, nous avons décidé de donner notre avis sur l’école et son rôle dans la réussite. Étant étudiants, nous avons un regard très frais sur l’école mais peut-être également un manque de recul. Nous en sommes conscients. Néanmoins, trop de choses nous font réagir, nous nous sentons donc dans l’obligation de donner notre ressenti. Nous avons beaucoup à dire.

Bonne lecture 🙃

ÉCOLE & APPRENTISSAGE : UNE ABSENCE CRUELLE DE LIEN

Si l’on devait résumer l’école en un mot, celui-ci serait probablement “apprendre”. De la maternelle au post-doctorat, l’élève se forme à partir d’un savoir pré-existant, notamment des livres (et Wikipédia mais chuuut, pas un mot ! 🤫😇). Cela lui permet d’acquérir une culture aussi variée que spécifique.

Jusque là tout va bien, chaque enfant a besoin d’une éducation et l’école complémente celle des parents. D’un point de vue cerveau, l’apprentissage stimule les capacités intellectuelles. On ne peut donc que cautionner le fait d’apprendre sans cesse de nouvelles choses !

Mais alors qu’est ce qui cloche ? 🛎

Et bien ce cerveau justement, comment apprend-il ?
En faisant des liens, tout simplement.
Lorsque nous expérimentons une nouveauté (de tout type), notre cerveau réorganise ses connexions neuronales et crée littéralement de nouveaux liens entre les neurones, c’est ce qu’on appelle la plasticité cérébrale.
Génial ! Et alors ? Alors nous apprenons notamment en groupant les connaissances et en leur donnant du sens. C’est ce qu’on appelle les Chunk (Capaldi & al, 1986).

Du sens dites-vous ?

Et bien voilà nous y sommes. Pour apprendre correctement, notre cerveau a besoin de trouver un sens et de pouvoir faire des liens avec des connexions déjà existantes. Or, bien que les connaissances enseignées aient souvent un lien entre elles, ce lien n’est jamais mis en avant. De nombreux élèves ou étudiants se plaindront justement de cela. “À quoi ça sert”, “pourquoi ?”… Ces questions peuvent sembler anodines mais elles sont symptomatiques d’un système qui néglige le sens. Savoir “pourquoi” est au moins aussi important que savoir “comment”.

Un petit mot sur le par coeur

Le traumatisme de chaque génération… Des fables de La Fontaine au dates d’histoire en passant par le concours de médecine, le par coeur est trop souvent mis en avant dans l’enseignement. Si l’apprentissage par coeur peut avoir des forces, il possède également de nombreuses faiblesses. Là encore, le sens et les liens sont négligés. Il est donc important de diversifier les méthodes mêmes d’apprentissage.

Quel impact pour nous et notre cerveau ?

Si l’apprentissage stimule notre cerveau, agglutiner les connaissances sans en comprendre ni le sens, ni l’utilité, ni les connexions entre celles-ci est contreproductif. D’une part ces connaissances acquises sans compréhension vont disparaître rapidement (vous aurez donc travaillé pour rien), mais vous ressentirez également une frustration de travailler sans comprendre.

L’école favorise donc un apprentissage partiel, à court terme et incomplet. Évidemment, ce processus a un effet délétère sur notre motivation. C’est pour cela qu’une bonne majorité des gens n’aime pas l’école. Il ne s’agit pas d’un ramassis de fainéants comme certains aimeraient nous le faire voir, mais plutôt d’individus en quête de sens. Et puis après tout pourquoi favoriser cet apprentissage à court terme ?

Pour avoir une bonne note voyons !

LES NOTES ? PARLONS-EN

Les notes dans le système scolaire sont beaucoup plus présentes en France qu’à l’étranger… Pour notre plus grand désarroi. Si la recherche de l’excellence et le “challenge” peuvent être sources de motivation, la compétition est trop souvent mise en avant au détriment de la collaboration. Là encore, cela peut paraître anodin, mais cela a un réel impact dans la construction de la cognition sociale de l’enfant. L’école met très peu en avant la résolution de problème par la collaboration. Elle favorise la compétition.

Mais… Et les travaux de groupes ?

Qu’on se le dise, nous avons tous été un jour traumatisés par un exposé obscur sur les troubadours ou autre sujet improbable. Plus sérieusement, la démarche d’une présentation de groupe est intéressante, mais elle se cantonne presque à chaque fois à “je fais la partie 1 tu fais la 2 et Gustave la 3”. Souvent, il y a une dissymétrie au sein du groupe et la discorde s’installe par manque d’organisation (ou de travail). L’école devrait donc peut-être se pencher sur le fait d’apprendre à travailler en groupe. Ces compétences s’acquièrent et ne sont pas forcément innées. Mais là encore silence radio, mieux vaut revenir aux troubadours.

Un environnement stressant

Les notes favorisent la compétition entre élèves mais sont aussi source de stress pour bon nombre d’entre eux. Sarah et moi n’avons jamais été affectés par ce genre de considérations, mais il demeure important d’en parler. Un stress prolongé peut avoir des conséquences désastreuses sur la mémoire (Cheryl & Conrad, 2010). On veut donc nous faire apprendre dans un environnement qui affecte négativement notre mémoire… Logique !

Une note c’est quoi ? La réussite selon l’école.

Une note détermine la réussite d’un élève à un test sur une échelle (généralement sur 20). La réussite à l’école est donc directement et uniquement liée à ces évaluations. En effet, ces notes déterminent si l’on peut passer dans la classe supérieure, accéder à telle école, telle passerelle etc… La logique de l’école est donc celle de la “voie royale”. Une réussite à l’école permet de continuer dans une autre école (prestigieuse si possible) pour finir à un poste haut placé, synonyme de réussite sociale et financière. Cette logique a du sens mais elle néglige trop de profils.

En effet, selon Howard Gardner, nous possédons neuf types d’intelligence. Or l’école juge majoritairement l’intelligence logico-mathématique et verbo-linguistique. L’école s’intéresse donc statistiquement à 22% des profils de compétences humains. De nombreux profils sont donc laissés sur le bas-coté.

école : vers notre réussite ?

 

UN PRISME ARCHAÏQUE

Notre école descend tout droit de l’héritage de Jules Ferry. Or, si ce système était adapté au XIXème siècle, il ne l’est plus du tout.

Les deux pieds dans le passé !

Nombre des cours que nous recevons n’ont en réalité aucun sens. Si l’accès à la culture manquait au XIXème et XXème siècle, l’arrivée des nouvelles technologies a complètement chamboulé notre rapport à la connaissance. Actuellement, nous avons à peu près accès à n’importe quelle information sur n’importe quel sujet partout dans le mode et gratuitement ! De plus, de nombreuses machines et outils permettent de réaliser ce que seuls nous savions faire auparavant.

Reprenons l’exemple d’Olivier Roland dans son livre Tout le monde n’a pas la chance de rater ses études. Celui-ci parle de l’usage des calculatrices, souvent interdit dans les évaluations. À quoi bon continuer a calculer soi-même quand une machine peut le faire ? Les plus réactionnaires diront que l’on perd(rait) notre savoir-faire, la réalité est tout autre. Apprendre à résoudre 356×235 n’a plus aucun intérêt ni sens. En revanche, il y a d’autres problématiques bien plus actuelles et importantes à traiter.

Les problèmes d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier.

Nous ne soutenons pas que l’école doit simplement supprimer certains enseignements. Nous soutenons que pour former à la réussite, l’école doit s’adapter aux enjeux du présent et du futur. Faute de moyens, nous nous retrouvons à l’université Paris V Descartes avec certains ordinateurs sous Windows 98.
WINDOWS 98 ! Il est impensable de voir une université à la pointe de la recherche en médecine proposer des ordinateurs d’il y a 20 ans à ses élèves. Il faut donc adapter moyens et enseignements aux problématiques du présent. Et Dieu sait qu’il y a à faire !

L’heure n’est plus aux divisions Euclidiennes mais à la compréhension du monde actuel. Tout le monde sera d’accord pour dire que notre planète en général va mal. La géopolitique, la politique, les énergies, l’industrie, l’agro-alimentaire, l’informatique… Tout est à revoir. Il est donc crucial de former nos enfants pour qu’ils puissent oeuvrer à un monde meilleur. Et dans 5-20-50 ans, ce ne sera pas leur capacité de calcul qui sera nécessaire, ni pour leur travail, ni pour l’humanité.

Il est donc CRUCIAL que l’école nous forme aux enjeux actuels et futurs. C’est primordial pour notre réussite.

Réussir ? À quel prix…

L’école nous formate donc à une dynamique de “marche ou crève”. Nous devons nous adapter à un système de notation négligeant de nombreux aspects de notre intelligence et apprendre des choses qui ne servent pas.

L’école ne prend pas en compte l’épanouissement personnel des étudiants. On ne cherche pas le plaisir mais la performance. La réussite est donc uniquement mesurée par la performance, ce qui est évidemment très restrictif. L’école s’inscrit par ailleurs dans le modèle de la société actuelle. Un culte de la performance et du productivisme est en oeuvre. Nous apprenons le plus possible pour aller dans le meilleur établissement possible et gagner le maximum possible.

PERSPECTIVES

L’école s’inscrit donc dans le monde effréné que nous avons créé. Elle ne favorise pas la réussite mais la performance. Certains peuvent s’accomplir dans le challenge et la performance (exemple sportifs de haut niveau) mais la plupart des gens ne recherchent pas cela. La réussite est un champ très vaste et l’école ne forme globalement qu’à un nombre limité de voies. Enfin l’école n’a souvent aucun lien avec le monde professionnel, la majorité des compétences demandées sont pragmatiques, de terrain ainsi que sociales. On perd donc 20 ans de notre vie.

Par conséquent, l’école devrait plus se placer en rôle de mentor et prodiguer une éducation morale et sensibiliser aux enjeux présents comme futurs. On nous appelle « La start up nation ». Le jour ou l’école favorisera l’entreupreneuriat, la créativité, les initiatives autour des thèmes de demain tels que la transition écologique ou de nouvelles méthodes d’alimentation, là elle formera à la réussite. Éloignons-nous des victoires à la Pyrrhus, formons une nouvelle génération consciente, active et épanouie.

Il est très important de développer ses propres projets en parallèle de l’école. C’est ce que nous avons décidé de faire avec ce blog et nos projets entrepreneuriaux. Nous finirons tout de même nos études, mais nous doutons de leur pertinence. Il est donc important de ne pas compter que sur ses diplômes et de développer nos activités en parallèle.

Le mot de la fin :

Puisque nous parlons de réussite, nous tenons à présenter, pour finir, un tableau récapitulatif des diplômes des 100 plus grandes fortunes du monde. Cela ne veut pas dire que quitter l’école vous rendra riche, mais cela ne veut pas non plus dire qu’il faut un diplôme pour le devenir. On vous laisse méditer.

école : vers notre réussite ?
Source What Degree Will Make you Rich? – Approved Index

 

BIBLIOGRAPHIE

  • Grouping, chunking, memory, and learning – Capaldi & al. 1986
  • A critical review of chronic stress effects on spatial learning and memory – Cheryl & Conrad, 2010
  • Frames of mind: The theory of multiple intelligences – H. Gardner 2011
  • Tout le monde n’a pas la chance de rater ses études – Olivier Roland, 2017
  • What Degree Will Make you Rich ? – Approved index, 2015

 


C’est tout pour aujourd’hui. Nous espérons que cet article vous motivera à développer vos projets à côté ! Nous vous rappelons que nous avons rédigé cet article dans le cadre de l’évènement inter-blogueurs du blog Je n’aime pas l’école. Voici donc un lien vers cet évènement :

Vous pouvez nous donner votre avis en commentaire ou simplement nous envoyer un message, nous nous ferons un plaisir de vous répondre ! Vous pouvez également nous contacter sur les réseaux sociaux :

Facebook
Twitter

Enfin, n’hésitez pas à partager si ça vous a plu ! A très vite pour de nouveaux articles.

Sarah & Nicolas

C'était cool, je partage :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Vous êtes libres de recevoir gratuitement notre E-book 

 "Comprendre et Agir sur son cerveau", n'hésitez pas !