Mémorisation : 11 techniques pour mieux apprendre

Mémorisation : 11 techniques pour mieux apprendre

La mémorisation à la portée de tous ?
Des techniques pour mieux apprendre ?

Bien le bonjour du Labo !🔬

Nous accueillons aujourd’hui Valentin Rozé du blog Marginal Sup. Celui-ci vous livre 11 techniques pour mémoriser efficacement à tout âge. Cessez de voir l’apprentissage comme une corvée ou un obstacle, vous devriez trouver chaussure à votre pieds parmi ces méthodes.

Bonne lecture 🙃

Maîtriser les techniques de mémorisation, c’est la différence entre deux étudiants qui travaillent respectivement 10 heures et 2 heures et obtiennent les mêmes résultats.

C’est injuste ? Non, c’est stratégique.

L’apprentissage par cœur par bourrage de crâne est une plaie pour chacun d’entre vous. Personne n’aime apprendre par ce moyen parce que « ça fait mal ». Ca vous fatigue, ça prend tout votre temps et surtout, c’est inefficace.

Mais vous avez le choix, continuer de souffrir ou apprendre à agir autrement.

Je m’appelle Valentin Rozé, auteur du blog Marginal Sup. J’ai créé ce blog dans le but de changer les méthodes pédagogiques qui font souffrir et dégoûtent les élèves et étudiants de l’apprentissage. Je veux, de par ce blog, amorcer le changement du système scolaire et universitaire. Et pour ce faire, j’enseigne aux étudiants à changer leurs méthodes de travail et d’apprentissage.

C’est ce que je vais faire aujourd’hui, en vous présentant une liste de 11 techniques de mémorisation que vous pourrez appliquer dès aujourd’hui pour apprendre efficacement et durablement vos cours (et tout type d’informations).

Les maîtriser est un cadeau que vous devez vous offrir, vous vous épargnerez alors beaucoup de difficultés, beaucoup de peine et gagnerez considérablement en temps, dont vous pourrez disposer comme bon vous semble.

Alors, si vous souhaitez gagner en efficacité et réussir vos études, vous devez lire la suite.

L’IMPORTANCE DE CES TECHNIQUES DE MÉMORISATION

Au premier abord, il est possible que vous perceviez ces techniques simplement comme du temps supplémentaire à consacrer à ses études. Vous avez pendant des années été habitués à apprendre par bourrage de crane et vous allez devoir défaire ces « acquis ».

Bonne nouvelle, c’est rapide, dès que vous mesurerez les bénéfices dû à l’utilisation de ces techniques, vous aurez le déclic. Vos barrières mentales sauteront et vous vous consacrerez pleinement à la maîtrise de ces méthodes de mémorisation. 

La notion de résultat est aussi très importante. Vous n’allez pas juste apprendre et mémoriser plus rapidement, mais aussi beaucoup plus efficacement. A quoi bon passer des centaines d’heures à mémoriser vos cours de septembre à juin si vous les oubliez l’année suivante ? Pour le diplôme ? Maigre consolation.

Ces stratégies de mémorisation vous feront donc gagner en temps et en efficacité, et sûrement en plaisir, le tout formant un cercle vertueux. Alors même si vous n’êtes pas particulièrement motivés, même si vous n’y croyez pas ou ne croyez pas en vos capacités, essayez, piochez dans la liste suivante une des techniques et appliquez-la.

LES 11 TECHNIQUES DE MÉMORISATION

1. Le principe d’association

A l’image de vos neurones établissant des connexions entre eux, vous devez faire de même avec les nouveaux concepts. Plus vous reliez ces derniers avec des connaissances déjà acquises (résidant dans votre mémoire épisodique, ou votre mémoire sémantique par exemple), plus il sera simple de vous en souvenir.

Le principe d’association repose sur la création de liens. Chaque nouveau concept sera mentalement symbolisé par une image, un mot, que vous connaissez. Si vous devez relier ce concept à un autre (comme une capitale à son pays), alors il faudra que chaque concept ait une image symbolique et que ces images interagissent entre elles.

Par exemple, comment retenir que la capitale de la Nouvelle-Zélande est Wellington ? J’imagine les All Blacks (Nouvelle-Zélande) tous à table en cercle, dégustant d’immenses portions de welsh (Wellington). J’adore ce plat, on ne juge pas.

Le lien peut avoir plusieurs origines :

  • Une image évocatrice (comme les All blacks)
  • Une sonorité (Welsh)
  • Le respect du Major System (vous verrez ça juste après)

Le plus important est que chaque image vous parle, qu’elle vous permette de vous souvenir facilement de l’association en question. La mémorisation en est d’autant plus facilitée.

2. Le principe d’association en chaîne

Cette technique est la suite logique de la première. Le principe est le même, sauf que cette fois-ci, vous allez créer une histoire avec les différentes images symboliques. Supposons que vous vouliez mémoriser les différents os du bras humain, du plus haut au plus bas lorsque le bras tend vers le bas.

Vous allez devoir associer à chaque os une image (Humérus = humus, Radius = poste radio, Cubitus = Cubi, …), puis créer une histoire faisant intervenir tout à tour et dans l’ordre désiré les différentes images symboliques.

Cette technique peut aussi servir d’ancrage pour d’autres techniques. Chaque image pourrait par exemple représenter le début d’un schéma, d’une Mind Map, l’emplacement d’un Palais mental, etc. Les stratégies mnémoniques ont pour vocation d’être utilisées ensemble, cela décuple le potentiel de chacune. 

Techniques de mémorisation : chaîne

3. La Mind Map

La fameuse ! Il est fort probable que vous en ayez déjà entendu parler au vu de la popularité de cette technique, mais je vais tout de même réexpliquer le concept.

Il s’agit de représenter l’information (à tout hasard, votre cours) graphiquement à l’aide de dessins, de symboles et de mots-clés. Le tout est structuré de manière cohérente et logique, du plus important aux détails. Par analogie, une Mind Map est un arbre, le tronc et les branches principales représentent le thème et les grands axes d’un ensemble de connaissances, les branchettes et les feuilles représentent les détails, les sous-parties, etc.

Voilà à quoi ça ressemble :

Techniques de mémorisation : mind map

L’efficacité de cette technique de mémorisation provient de la structuration et de l’illustration, deux choses qu’apprécient particulièrement votre mémoire. Cependant, même si cela est valable pour toutes les techniques, vous devrez les réviser plusieurs fois, j’en reparlerai après.

4. Les Flash Cards

Autre technique populaire. Celle-ci est particulièrement utile car elle permet d’apprendre et mémoriser une information dans les deux sens. La plupart du temps, nous n’en retenons qu’un seul, le plus commun ou le plus utile.

Par exemple, quels sont les membres du groupe « The Beatles » ? Vous vous souviendrez peut-être de deux ou trois noms, mais les quatre, peu de gens réussissent sans un peu d’aide. Maintenant si je vous avais demandé « Quel groupe était composé de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison et Ringo Starr ? », à moins que vous viviez seul au centre de la forêt amazonienne (ou au fin fond des Vosges), vous auriez su répondre.

Une Flash Card, c’est une carte (sans blague) sur laquelle vous allez écrire des informations des deux côtés. Dans notre exemple ça aurait été d’un côté « The Beatles » et de l’autre les 4 membres du groupe. Vous allez ensuite ranger cette carte dans une boîte avec toutes les autres. Après l’avoir réalisé, vous allez la réviser selon différents intervalles de temps, le mieux étant de se baser sur la courbe de l’oubli.

Mémorisation : courbe de l'oubli

Voilà comment vont se dérouler les révisions :

  • Créez la carte
  • Rangez la carte
  • Prenez la boîte face à vous, de sorte que les cartes les plus récentes vous fassent face 
  • Piochez une carte (la première) et ne regardez qu’une seule face
  • Cherchez ce qui se trouve sur la deuxième face, l’ensemble des informations
  • Si vous avez réussi, vous placez la Flash Card au fond de la boîte de sorte que l’autre face vous fasse face (c’était un défi, j’arrête) ou dans le segment suivant (renseignez-vous sur la réalisation d’une boîte de Flash Card pour en savoir davantage), si vous avez échoué, vous la remettez dans le même sens et dans le premier segment afin de la revoir d’ici peu de temps. 

Mais une Flash Card, c’est tout petit, il en faut beaucoup pour réviser un cours, non ? 

Oui.

Faisons donc un petit mix des deux dernières techniques.

5. Les Flash Mind Maps

Ou Flash Maps, je ne connais pas le nom original. Le principe est simple, la structure d’une Mind Map couplé à la répétition des Flash Cards.

Vous prenez votre carte mentale et inscrivez le nom du cours, du thème à l’arrière (vous pouvez aussi refaire le dessin central si vous le souhaitez).

Toutes ces Mind Maps seront rangées dans un classeur. La face contenant l’ensemble des informations doit être cachée. A chaque fois que vous réviserez une Mind Map, vous chercherez à restituer de tête l’ensemble des informations y figurant et les concepts associées à chaque mot-clé, à chaque symbole. C’est plus long qu’une Flash Card, c’est sûr, mais cela vous permet de réviser un cours d’une seule traite tout en revoyant aussi les liens logiques entre les informations présentes sur cette Mind Map.

6. Le Major System

Cette technique est un système de codage des nombres, vous allez littéralement les transformer en mots.

Voici le petit tableau dont vous aurez besoin :

Techniques de mémorisation : major system

Chaque chiffre correspond à la phonétique d’une consonne.

Voici quelques exemples : 

  • « Les sanglots longs
  •   Des violons

               De l‘automne

               Blessent mon cœur

               D‘une langueur

               Monotone. » – Verlaine

 

Résultat : 507551851512950374125743212

  • « Il faut que tout périsse pour que je sois heureux. » – (Alexandre Le Grand, Racine)

Résultat : 5871940947604

  • « J‘ai toujours vécu mon âme fixée sur l‘horloge. » – Mallarmé

Résultat : 616487338045457  (si vous faites vraiment l’exercice en même temps vous remarquerez que le « x » n’a pas de correspondance)

  • « Le lion ne s‘associe pas avec le cafard. » – Un égyptien

Résultat : 5520009875784

A vous de créer vos propres phrases pour mémoriser de grands nombres (ou pour vous la péter lors d’un congrès de chimiste car vous connaissez la masse atomique de chaque atome par cœur, de l’hydrogène au lawrencium).

7. La table de rappel

Ou alors voici une utilisation bien pratique du Major System : la création d’une table de rappel.

Cela consiste en l’association de chaque nombre de 00 et 99 à un mot, si possible facilement imaginable, concret. En utilisant le Major System, il devient particulièrement simple de la créer, et une fois que vous la maîtrisez, il vous suffit d’inventer des histoires faisant interagir tour à tour des images de votre table de rappel. 

Pour vous souvenir d’un nombre assez long (jour/mois/année par exemple), vous ne devrez que vous remémorer une petite histoire.

Il est plus facile d’utiliser ce genre de scènes mentales que créer et apprendre des vers par cœur pour se souvenir de longues séries de chiffres (en revanche, le Major System pour crypter et communiquer en secret des données est particulièrement intéressant si vous devez vous livrer à ce genre d’activité).

Votre imagination est votre seule limite. 

8. Le voyage mental 

Technique de mémorisation : voyage mental

On entre dans ma catégorie de stratégies mnémoniques préférée.

Ces techniques sollicitent votre mémoire des lieux (ou plus exactement la partie de votre cerveau habituellement consacrée à la mémorisation et à la reconnaissance des lieux). Cette mémoire est l’une des plus robustes que vous ayez en votre possession.

Pour l’utiliser, vous allez apprendre à mémoriser et « stocker » des informations dans votre environnement physique (ou pseudo-physique, on y reviendra).

D’abord, le voyage mental.

Il existe sûrement une grande quantité de trajets que vous faites assez régulièrement. De votre appartement à la fac, de la gare à chez vos parents, de chez vous à votre bar préféré (l’abus d’alcool […] santé), etc, tous ces trajets, vous les connaissez bien.

Pour les utiliser, vous allez déterminer des points clés, marquants et singuliers qui feront office de points d’ancrage (une façade, un feu tricolore, un magasin, …). Ces points d’ancrage sont faciles à mémoriser car il suffit de parcourir mentalement votre trajet pour les visualiser.

Ils serviront à déposer vos connaissances. Pour ce faire, vous allez créer des associations mentales (de la même manière que la première technique) faisant interagir le point d’ancrage et une image symbolique.

Cette image peut-être le centre d’une Mind Map, le début d’une chaîne d’association, la représentation symbolique d’un schéma ou simplement un mot à retenir. Le but est de stocker des raccourcis.

En effet, il existe 2 problèmes principaux concernant la mémorisation :

  • Le défaut d’encodage : l’information a été mal comprise, elle n’a donc jamais quitté la mémoire à court-terme.
  • Le défaut de récupération : vous « savez que vous savez », mais impossible de vous souvenir. En effet, l’information est bel et bien dans votre mémoire, mais vous ne parvenez pas à la « localiser », à la récupérer.

Cette technique (et les suivantes) a pour but d’agir face au deuxième problème. En stockant des raccourcis, il deviendra facile pour vous de « localiser » l’information et d’accéder à son contenu, peu importe sa forme.

Une fois sur la voie, il est facile d’avancer seul. Il vous est sûrement déjà arrivé d’oublier une chanson, alors que vous la connaissiez par cœur. Puis quelqu’un a chantonné les premiers mots et tout est revenu.

Problème de récupération réglé.

Étant amateur de jeux vidéos, je me dois de vous préciser qu’il est tout à fait possible d’utiliser les parcours, les itinéraires récurrents qui s’y trouvent (d’où l’environnement pseudo-physique). Que ce soit dans les RPG ou les FPS, il y a forcément une flopée de chemins que vous parcourez régulièrement et connaissez par cœur. Utilisez-les, cela vous fera réviser en jouant.

9. Le Palais mental

Sur la même lignée que le voyage mental, le Palais Mental.

Le principe est sensiblement le même, sauf que cette fois-ci vous utilisez l’intérieur d’un bâtiment. Dedans, vous déterminez un itinéraire (si possible une boucle) qui sera toujours le même lorsque vous visiterez mentalement ce bâtiment. Et vous choisirez de la même manière des points d’ancrage, qui feront office d’emplacement de stockage.

Qu’il soit question de voyages ou de palais, ne négligez surtout la petite visite mentale quotidienne (pour les plus récents) ou hebdomadaire (pour ceux plus anciens). A terme, vous n’aurez à le visiter que très peu.

Maintenant, place à mon petit bijou.

10. Le Minecraft Palace

Je vous ai prévenu que j’aimais les jeux-vidéos. 

En réfléchissant au concept de voyages et palais mentaux, j’ai d’abord réalisé qu’on pouvait utiliser ceux présents dans des jeux, puis qu’on pouvait tout bonnement les créer, entièrement.

Depuis ce jour, j’utilise Minecraft pour créer la grande majorité de mes Palais Mentaux. Minecraft est un jeu de type « bac à sable » dans lequel vous pouvez construire, modifier et détruire ce que vous voulez. Le contenu de ce jeu est très riche, les apports faits par la communauté encore plus, votre seule limite est votre imagination (again).

Technique de mémorisation

J’ai écrit un article à ce sujet sur Potion de Vie (https://www.potiondevie.fr/memoriser-mon-cours-minecraft/), je vous invite à le consulter si l’idée vous intéresse car il y a beaucoup de choses à dire sur l’utilisation de ce jeu.

11. La table de rappel mental

Et enfin, la technique de mémorisation que je considère comme la plus difficile à maîtriser dans cette liste. Elle est cependant redoutablement efficace car, en plus d’être une technique de mémorisation, elle est aussi d’une grande aide pour développer votre concentration et votre esprit de synthèse.

Cette technique de mémorisation consiste à prendre des notes mentalement en créant des associations pendant que vous suivez vos cours, le tout en vous basant sur une table de rappel dédiée.

La technique est un peu longue à expliquer, en voici le résumé :

  • Créez une table de rappel
  • Suivez un cours en synthétisant l’information
  • Transformez chaque information clé en une image mentale
  • Associez cette image à un nombre de votre table de rappel (en commençant par 0)
  • Si d’autres concepts clés sont directement en rapport avec le premier, vous créez une chaîne d’association (donc vous restez sur le même nombre de la table)
  • Si vous passez à un concept clé qui mérite de figurer dans une autre partie, vous passez au nombre suivant
  • Le soir, vous restituez mentalement l’entièreté des connaissances mémorisées de ce cours sur une fiche

Cette technique est à associer avec une prise de note légère (les détails importants et difficile à mémoriser en direct) et une tasse de café si vous l’utilisez pour la première fois. De ce fait, je vous conseille de vous exercer avec de courtes conférences captivantes (des Ted par exemple). Aussi, si vous débutez avec cette technique, ne l’utilisez pas dans des cours où il n’est pas possible de récupérer des informations que vous auriez raté.

Pour plus d’informations, j’ai écris un article sur Nomadity à ce sujet. (http://nomadity.be/blog_decouverte/tag/table-de-rappel/)

PAR OÙ COMMENCER ?

Vous sentez-vous un peu submerger par les informations qui viennent de vous être présentées ? C’est normal. L’objectif peut sembler ambitieux. Ce qui est important pour vous est de découper cet objectif en plusieurs étapes afin de le rendre le plus accessible possible. 

Si vous ne pratiquiez aucune de ces techniques de mémorisation, je vous recommande de commencer en suivant l’une de ces 2 démarches :

Par ordre croissant de difficulté

Vous ne savez pas trop où donner de la tête et êtes un peu perdus. Vous avez des cours mais ne savez pas vraiment quelle technique serait la plus utile. Dans ce cas, commencez par la plus simple, la première : le principe d’association.

En effet, les techniques de mémorisation ci-dessus vous ont été présentées dans un ordre croissant de difficulté (selon mon expérience et le niveau avec lequel il est utile de les utiliser). Alors si vous ne savez pas trop où donner de la tête, suivez la hiérarchie. Vous finirez par maîtriser l’ensemble de ces techniques et je peux vous assurer qu’elles vous seront utiles.

Par intérêt

C’est ce que je recommande le plus. Même si les techniques sont présentées par difficulté croissante, il existe une meilleure manière de les appréhender que d’aller du plus simple au plus compliqué. En fonction de vos cours, certaines stratégies vous seront beaucoup plus utiles que d’autres.

Vous allez donc les choisir en fonction de vos besoins. Beaucoup de nombres à retenir ? Table de rappel et associations en chaîne. Ensembles complexes de concepts scientifiques à mémoriser ? Mind Maps, Flash Cards et Flash Mind Maps. Vous devez réaliser de longues argumentations ? Associations et voyages mentaux.

Évaluez le type d’apprentissage le plus récurent dans vos études et choisissez les techniques adéquates.

Allez-y pas par pas 

Il est inutile de commencer à toute les utiliser en même temps si vous les découvrez, cela ne fera que vous ralentir pour les maîtriser, et ce ralentissement pourrait vous démotiver. Comme je l’ai dit précédemment, découpez votre objectif en étapes et concentrez-vous sur chacune d’entre elles.

Le plus important, c’est que vous y preniez goût. En effet, beaucoup d’étudiants ont perdu l’envie d’apprendre, car malgré l’intérêt qu’ils peuvent avoir pour leurs études, pour les sujets qu’ils découvrent, apprendre est devenue une tâche fastidieuse (un peu comme « farmer » dans les MMO mais je m’égare). Si vous prenez goût à ces méthodes, vous récupérerez aussi celui de l’apprentissage. Celui qui aime ce qu’il fait est toujours plus efficace que celui qui s’ennuie.

Alors prenez garde à ne pas vous dégoûter de la mémorisation en cherchant à tout apprendre en même temps, allez-y pas par pas.

Vous voilà désormais avec un petit bagage sympathique d’outils pour apprendre.

Je compte sur vous pour les appliquer et changer vos méthodes d’apprentissage. Changer le système scolaire/universitaire commence d’abord par ceux supposés en bénéficier, vous, nous. Partagez cet article aux étudiants qui en ont besoin, répandez ces techniques au maximum.

Si vous souhaitez avoir un plan d’apprentissage pour vos cours, les étapes à franchir, l’organisation à mettre en place, j’ai créé un guide sur Marginal Sup afin que vous puissiez agir efficacement. Après l’avoir reçu, vous aurez aussi la possibilité de me faire part de vos difficultés par mail afin que je puisse vous conseiller.

En attendant, je vous remercie de m’avoir lu jusqu’à la fin. J’espère sincèrement que ces quelques mots vous auront redonné envie et motivation d’apprendre, en plus de quelques clés pour gagner en temps et en efficacité. Je vous dis à la prochaine et à bientôt sur Marginal Sup.

 


C’est tout pour aujourd’hui. Nous espérons que ces techniques de mémorisation vous seront utiles pour mieux apprendre !  Vous pouvez aussi nous donner votre avis en commentaire ou simplement nous envoyer un message, nous nous ferons un plaisir de vous répondre ! Vous pouvez également nous contacter sur les réseaux sociaux :

Facebook
Twitter

Enfin, n’hésitez pas à partager si ça vous a plu ! À très vite pour de nouveaux articles.

Sarah & Nicolas

C'était cool, je partage :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

Cet article a 3 commentaires

  1. Voilà un très bon article, intéressant et assez exhaustif, comme toujours avec Valentin. Je suis juste un peu perplexe sur le major System tel tel qu’expliqué ici. Un certain nombre de consonnes prononcées ne sont pas en gras dans les exemples ce qui nuit un peu à la compréhension, il faut mentalement reconstituer le “graissage” des consonnes oubliées. Inversement le M de “automne” ne devrait pas être en gras puisqu’il ne se prononce pas. On n’entend que le N. Pas très grave, c’est peut-être fait exprès pour vous faire travailler… 😉
    A part ça, je suis circonspect sur certains aspects de ce système. Pour l’avoir enseigné en présentiel, je sais qu’il peut facilement amener à des confusions. Il faut donc établir des règles absolument intangibles. Le seul moyen de ne jamais se tromper est de ne se fier qu’à l’audition des consonnes et surtout pas à ce que l’on voit écrit. C’est une règle simple et ça marche même si vous ne maîtrisez pas l’orthographe. Dites-vous que c’est un système intégralement et UNIQUEMENT phonétique. Si l’on s’en tient à cela, on ne se trompe jamais. Quelques conséquences: on peut parfaitement utiliser le X mais il codera 70 parce que l’on entend KS; donc xylophone donnera 70582. les consonnes doubles ne coderont qu’une seule fois parce qu’on ne les entend pas deux fois… par exemple “consonne” codera 702 et non pas 7022. Le C peut coder 0 ou 7 selon qu’il se prononce S ou K. Par exemple “accès” code 70 parce que le premier C se prononce K et le second C se prononce S. Et le S final ne se prononce pas. Le G dur (comme dans gare) se prononce “Gue” et vaut 7 alors que le G mou comme dans “genre” se prononce J donc vaut 6; de même le C dur (comme dans “coin”) vaut 7 alors que le C mou (comme dans “ce” ou “ça”) vaut 0 Etc… Cela peut paraître une complication mais c’est une simplification évidente si vous ne vous fiez qu’à votre oreille. On ne le dira jamais assez, oubliez l’orthographe et ne vous fiez qu’à votre oreille. Bonne mémorisation. André PICARD du blog https://memoriclub.com

    1. Bonjour André,
      Merci pour cet éclaircissement ! Nous n’avons pas pour habitude d’utiliser cette méthode mais vos précisions seront bien utiles pour nos lecteurs.
      Bonne continuation
      Nicolas de Labo Sciences Co’

  2. Bonjour André,

    Oui en effet ma description est peut-être un peu flou. Lorsque je parlais de phonétique des consonnes, j’entendais les consonnes prononcées.

    De ce fait, j’ai mis en gras les consonnes prononcées et les consonnes muettes à côté.

    Sinon oui il y a de petits oublis, notamment “Il faut que tout périsse […]”, où je n’ai pas mis en gras le “ss”. Concernant le “X”, j’ai pris l’habitude de ne pas l’utiliser même s’il pourrait représenté deux sons succins.

    En effet, ce système est purement phonétique et doit être régi par des règles (bien qu’il soit possible de personnaliser ces règles, l’important est de s’y tenir).

    Merci beaucoup pour ton commentaire constructif André.

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Vous êtes libres de recevoir gratuitement notre E-book 

 "Comprendre et Agir sur son cerveau", n'hésitez pas !