Optimiser vos choix

Optimiser vos choix

Il entre dans toutes les actions humaines plus de hasard que de décision.
L’écrivain André Gide nous montre dans cette citation à quel point nos choix sont soumis au hasard. En effet, la difficulté de la prise de décision réside dans l’incertain qu’elle engendrera. Cet incertain est inévitable dans la majorité des cas.
Néanmoins, il est possible de limiter les inconnues grâce à un moyen efficace et trop peu utilisé. Nous parlons ici d’optimiser vos choix ! Cette technique n’est pas miraculeuse et nécessite le temps de la réflexion,  mais elle augmentera considérablement votre aptitude à prendre les meilleures décisions dans tous les domaines possibles.
Dans cet article, nous vous expliquons comment votre cerveau prend des décisions inconsciemment, comment s’en inspirer pour optimiser vos choix et enfin nous vous donnons quelques outils concrets pour vous aider dans cette tâche parfois ardue.

C’est parti, suivez le guide !

QUELS SONT LES FACTEURS D’UNE BONNE DÉCISION ?

La prise de décision peut prendre tellement de formes possibles qu’il est difficile d’établir des généralités. Une demande en mariage, une décision de recrutement ou bien un investissement financier semblent avoir bien peu de points communs aux premiers abords…

Et pourtant… Elles ont toutes ce point commun fondamental. Nous imaginons un futur modifié par notre choix puis nous décidons.

  • Quel sera ma vie si je me marie ou non ?
  • Comment évoluera l’entreprise si je recrute ce profil ? Vais-je passer à côté d’une pépite?
  • Cet investissement va-t-il me faire gagner ou perdre de l’argent ?

Il semble donc raisonnable d’émettre le postulat que plus vous prédirez le futur avec acuité, plus vos chances de prendre les bonnes décisions seront importantes.

À vos boules de cristal ! 🔮

Est-il possible de prédire le futur ? En partie.

En effet, grâce au mathématiques, il existe des modèles prédictifs capables de déterminer les probabilités de tel ou tel évènement en fonction du contexte.
Et bien sachez que votre cerveau a cette capacité sans que vous ne vous en doutiez !

Petit rappel : Nous parlons ici de mathématiques. C’est ce qui fait la FORCE des Sciences Cognitives. Fédérer un ensemble de domaines scientifiques (neurosciences / informatique / mathématiques) et de sciences sociales (psychologie / anthropologie / philosophie) pour expliquer au mieux le cerveau sous toutes ses coutures !

PRISE DE DÉCISION INCONSCIENTE & THÉORIE BAYÉSIENNE

Thomas Bayes était un mathématicien du XVIIIème siècle. Ses travaux ont permis de parler de probabilités conditionnelles.

  • Probabilité : représente les chances qu’un évènement se produise.
    Exemple : Il pleut environ 210 jours par an à Brest, il y a donc environ 58% de chances qu’il pleuve aujourd’hui.

 

  • Probabilité conditionnelle : représente les chances qu’un évènement se produise en fonction d’un autre évènement.
    Exemple : Sachant que le temps est nuageux, il y a 70% de chances qu’il pleuve.

 

Selon la théorie Bayésienne, notre cerveau calculerait des probabilités ainsi que des probabilités conditionnelles en permanence !

En effet, celui-ci est amené à prendre de nombreuses décisions de manière automatique (c’est à dire inconsciente) comme nous l’avons décrit dans notre E-book “comprendre & agir sur son cerveau“. Si vous ne l’avez pas encore lu, nous vous conseillons fortement de le télécharger, c’est 100% gratuit et le lien est à la fin de cet article !

Revenons à nos moutons 🐑.
Notre cerveau prend de nombreuses décisions inconscientes d’une part pour maintenir notre organisme en vie (respiration, rythme cardiaque par exemple) ou pour le protéger (réflexes par exemple). Ce système est extrêmement efficace. Il mérite donc d’être étudié plus en détails !

Comment fonctionne la théorie Bayésienne appliquée au cerveau ?

Notre cerveau stocke une quantité phénoménale d’informations en mémoire ! Sensations et souvenirs se mêlent donc dans notre mémoire dans un enchevêtrement complexe. Lorsqu’une décision doit être prise, votre cerveau considère plusieurs paramètres pour chaque possibilités :

  • Variables : Quels sont les paramètres importants à prendre en compte ? (Satisfaire un besoin ? Se protéger d’un élément extérieur ?…)
  • Expérience : Votre cerveau a-t-il déjà vécu une situation similaire ? Si oui comment a-t-il réagi ?
  • Récompense : Peser le pour et le contre de chaque possibilité.
  • Incertitude : Appelée aussi risque. Calculer les chances de réussite de chaque possibilité

Quel est le but de ce raisonnement inconscient ?

GAGNER !

En effet, votre cerveau va essayer de calculer la combinaison gagnante de tous ces paramètres. Cette combinaison est un équilibre entre les variables importantes, affiné en fonction de l’expérience ayant pour but d’obtenir le meilleur ratio récompense/incertitude.

Il y a donc une véritable OPTIMISATION dans la manière de prendre une décision.

Le cerveau prend donc en compte l’incertitude liée à l’environnement (probabilités conditionnelles), les côtés positifs et négatifs ainsi que sa propre expérience pour prendre la décision optimale.

Prenons un exemple concret :

  • Jérémy marche dans la rue tout en discutant avec son amie Marguerite.
  • Celui-ci est focalisé sur sa discussion et marche de manière automatique.
  • Jérémy se rapproche d’un poteau. Ses yeux l’ont vu mais son attention reste ailleurs.
  • Grâce à l’information sensorielle (ici visuelle), son cerveau va alors calculer la probabilité que Jérémy a de heurter le poteau.
  • Il va donc analyser la trajectoire de sa marche, la distance…
  • Si son cerveau considère que le poteau représente un potentiel danger, il va envoyer un message à Jérémy qui va modifier sa trajectoire et éviter le poteau consciemment. Sinon, le cerveau n’enverra pas de message et Jérémy continuera son chemin sans se douter de rien.

Un modèle efficient depuis la naissance :

Ce processus peut sembler complexe, néanmoins il est mis en place dès la naissance. En effet, dans sa conférence au Collège de France  “Les mécanismes Bayésiens de l’induction chez l’enfant” (allez la regarder, c’est passionnant !), le chercheur français en psychologie cognitive Stanislas Dehaene explique que même un nourrisson peut tirer des statistiques de son environnement.
Lorsqu’un nouveau né découvre le monde, son cerveau va appréhender son environnement par “essai-erreur“. Cela va lui permettre de se forger l’expérience nécessaire pour prendre les bonnes décisions (repérer les dangers par exemple).

EN QUOI CELA PEUT-IL NOUS AIDER LORS D’UN CHOIX CONSCIENT ?

Comme nous l’avons vu, le cerveau est d’une efficacité redoutable dans la prise de décision inconsciente. Il lui arrive de se tromper ou d’être abusé (il est possible d’abuser des réflexes de protection en faisant semblant de frapper quelqu’un par exemple) mais il s’agit d’une quantité minime de fois. De plus, même s’il se trompe votre cerveau prendra majoritairement la décision qui vous mettra le moins en danger (reprenons l’exemple du réflexe).

De plus, votre cerveau possède une capacité de calcul gigantesque. Prenons par exemple le simple fait de tirer dans un ballon. Le nombre de paramètres que le cerveau calcule pour frapper dans la balle (orientation de chaque partie du corps dans l’espace, position du ballon, trajectoire théorique du ballon, vent, réaction de vos adversaires, de vos coéquipiers…) de manière instantanée est hallucinante. Il faudrait un ordinateur de la taille d’un immeuble pour calculer tous ces paramètres en temps réel !

Vous pouvez donc faire confiance à votre cerveau !

Croyez en vous ! Pour optimiser vos choix faites comme votre cerveau !

Voyons comment optimiser un raisonnement dans la vie de tous les jours :

Camille, étudiante parisienne planifie un petit voyage pour aller voir sa famille habitant à Milan, en Italie.

3 possibilités s’offrent à elle :

  1. L’avion
  2. Le train
  3. La voiture

Camille décide d’optimiser son choix et réfléchit à toutes les variables importantes pour elle. Elle les classe ensuite par ordre d’importance :

  1. La sécurité
  2. Le coût
  3. Le temps de trajet
  4. Le confort

Camille va tenter de trouver le meilleur ratio coût/durée/confort/sécurité. La situation étant très simple, l’incertitude est faible (uniquement sur la sécurité et éventuellement la durée). Elle ne veut prendre aucun risque et élimine la voiture (transport le plus dangereux). Le temps de trajet est inférieur en avion mais le coût est beaucoup plus important. De plus, Camille a déjà pris l’avion une fois et un problème de réacteur l’a fait partir avec 5 heures de retard… Camille décide donc de prendre le train mais conçoit de payer 10€ de plus pour accéder à la première classe.

Camille a optimisé son choix et pris la bonne décision.

ATTENTION :  Il est très important de noter qu’un choix est relatif. Le choix optimisé de Camille est de prendre le train en première classe, le choix optimisé de Thomas sera peut être de prendre un bla-bla car et celui de Juliette de prendre l’avion. Il n’existe pas une bonne décision universelle, il existe VOTRE bonne décision !

POUR RÉSUMER

Cette technique d’optimisation fonctionne pour tout type de décision (relation, choix de vie, choix professionnel). Elle permet de voir la situation dans son ensemble en prenant du recul, de mettre en valeur ce qui compte le plus pour vous et de diminuer l’incertitude (le risque) au maximum !

Ainsi pour optimiser une décision vous devez :

  1. Lister les variables décisives en les classant par ordre d’importance
  2. Lister les différentes possibilités
  • Vous remémorer tout type d’expérience que vous avez vécue pouvant apporter un regard nouveau sur la situation
  • Prendre en compte les conseils d’autrui (nous en reparlerons dans un article spécifiquement dédié)
  • Peser le pour et le contre de chaque possibilité
  • Déterminer le risque de chaque choix (exemple avec le loto, vous pouvez gagner beaucoup mais le risque est très grand de ne rien (ou très peu) gagner, il ne s’agit donc pas d’un choix optimal la plupart du temps)

En prenant le temps de bien tester chaque choix, vous devriez arriver à y voir plus clair et prendre de meilleures décisions.

EN BONUS : QUELQUES OUTILS POUR VOUS AIDER

Cet article peut vous être extrêmement utile, il est néanmoins très théorique. Voici donc quelques outils concrets pour vous aider à mettre en place votre stratégie d’optimisation.

Prenez des notes

Nous ne vous le dirons jamais assez, mais il est beaucoup plus efficace de noter vos choix sur un papier (ou votre téléphone éventuellement) que de les garder épars dans votre tête. Vous aurez moins de chances d’en oublier et vous tiendrez probablement compte de plus de paramètres en les notant. En effet, en écrivant, vous libérez votre mémoire de travail et pouvez vous focaliser sur autre chose (ici améliorer les choix puisque ceux-ci sont déjà listés).

Quelques outils statistiques de base

Pour les moins matheux d’entre nous (vous êtes les bienvenus ♡ ) voici quelques outils statistiques vous permettant de calculer vos choix si besoin :

  • Probabilité : représente les chances qu’un évènement se produise.
    Calcul : Nombre d’occurence / Nombre total
    Exemple : il pleut 210 jours par an donc P = 210/365
  • Espérance : Estimation du gain (ne fonctionne qu’avec de données chiffrées comme l’argent par exemple).
    Calcul (simplifié) : Gain x Probabilité
    Exemple : Vous avez une chance sur deux de gagner 2€, votre espérance de gain est donc 1€
  • Inspirez vous des arbres de probabilité

Dessinez un arbre. Partez de vos possibilités. Pour chaque possibilité écrivez vos variables. Attribuez à chaque variable de chaque possibilité une note /10 basée sur votre expérience, le gain potentiel et le risque associé. Calculez la moyenne des notes pour chaque possibilité (Somme des notes / nombre de variables). Choisissez la possibilité ayant la meilleure note.
Vous pouvez attribuer des coefficients à vos variables pour les pondérer (faire en sorte qu’une variable comme la sécurité ait plus de poids que le confort).
Multipliez la note de votre variable par le coefficient que vous aurez choisi (prenez un nombre entier, par exemple 2). Attention vous devrez en tenir compte dans le calcul de la moyenne qui deviendra : Somme des (notes x coefficients) / Somme des coefficients (comptez 1 si vous n’avez pas attribué de coefficient).

Exemple avec Camille (nous n’avons pas fait la voiture) :

Note : ici grâce aux coefficients, la sécurité compte 3 fois plus que la durée ou le confort. Le coût compte deux fois plus que la durée ou le confort.

Arbre de décision : optimiser ses choix


C’est tout pour aujourd’hui. Nous espérons que cet article vous amènera vers de meilleures décisions !  Vous pouvez nous donner votre avis en commentaire ou simplement nous envoyer un message, nous nous ferons un plaisir de vous répondre ! Vous pouvez également nous contacter sur les réseaux sociaux :

Facebook
Twitter

Enfin, n’hésitez pas à partager si ça vous a plu !

A très vite pour de nouveaux articles

Sarah & Nicolas

 

 

 

 

C'était cool, je partage :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Vous êtes libres de recevoir gratuitement notre E-book 

 "Comprendre et Agir sur son cerveau", n'hésitez pas !